Il est difficile de décrire nos sentiments pour cette ville tant le choc fut brutal. Paisible et silencieuse, Luang Prabang est nichée dans le creux de la vallée, bordée par les montagnes, le Mékong et une jungle dense et verdoyante.

Quelle ne fut pas notre immense surprise en sortant du bus aux aurores, après une traversée nocturne depuis la Thaïlande sous la pluie et la brume, de tomber sur un lieu si chaleureux, accueillant et reposant.

La rue principale, Sisavangvong Road, ainsi que les petites rues adjacentes, arborent une multitude de cafés proposant des croissants et autres viennoiseries, et l’on comprend que l’influence française y est encore très présente. Les rues sont pavées, arborées, fleuries, et présentent de grandes maisons coloniales typiques de l’époque et des voitures de collection. Comme l’impression de vivre un voyage dans le temps et de se promener dans une carte postale.

Le centre de Luang Prabang compte de nombreux temples bouddhistes dont le Haw Pha Bang, au cœur du Palais Royal, et le sublime Vat Xieng Thong. Ce complexe religieux est reconnu comme étant l’un des plus beaux du pays et abrite des constructions et des décors en bois sculptés d’un grand raffinement ainsi qu’un char funéraire royal entièrement recouvert de feuilles d’or.

Préférant nous accoutumer aux produits locaux, nous avons pris un plaisir indescriptible à nous délecter chaque matin d’un jus de fruits frais pressé accompagné de délicieux petits sandwichs laotiens végétariens. Composés dans une baguette de pain comme les fameux Banh Mi, leurs homologues vietnamiens, ils demeurent eux aussi des vestiges de l’Indochine Coloniale.

Le Laos est indubitablement lié au Mékong, ce long et large fleuve brun qui coule calmement à travers la ville et le pays. Colonne vertébrale, il est emprunté chaque jour par les habitants et les touristes. On y fait de longues croisières pour traverser le pays, on l’emprunte pour visiter des grottes creusées par son passage, on y pêche, on y vit et on s’installe sur ses rives pour le contempler et méditer.

C’est au bord du Nam Khan, bras du Mékong, que nous avons emprunté une passerelle en bambou pour nous rendre sur l’autre rive et arpenter un petit chemin au cœur de la forêt. Après quelques marches en bois nous tombons sur un endroit magique, niché à flanc de colline, composé de maisons en bois ouvertes sur la nature environnante, comme suspendues dans les arbres ; le superbe restaurant Dyen Sabai. Tout en profitant de ce cadre magnifique, nous avons siroté un Banana Daiquiri et dégusté de délicieux mets végétariens comme un caviar d’aubergines aux algues du Mékong.

Au cœur du centre historique de Luang Prabang se dresse le Mount Phou Si. Véritable mirador de la ville, il faut près d’une heure pour se rendre au sommet en arpentant d’abord de petites ruelles terreuses avec des bâtisses aux toits de tôle rouillées, puis un escalier de pierres ponctué de sculptures du Bouddha dorées. Au sommet, la terrasse du temple Wat Chom Si offre une vue dégagée imprenable sur l’horizon, les montagnes, le Mékong et ses bras serpentant dans la vallée. Une perspective à 360° sur de nombreux kilomètres aux alentours. La beauté du paysage n’a d’égal que la sensation de bien être que l’on y ressent. Absolument magnifique.

A 30 min en mini van du centre, nous avons pu découvrir les superbes chutes Tad Kouang Si au cœur du Parc National du même nom, avec ses terrasses d’eau turquoise et sa végétation luxuriante tropicale. On peut s’y prélasser et s’y baigner avec le plaisir de s’y faire grignoter les pieds par de petits poissons. Les arbres aux racines aussi grosses que des troncs servent de rampes de lancement pour des sauts périlleux dans les bassins!

A l’aller comme au retour, nous avons été sensibilisés à la préservation animale en traversant une petite réserve où les derniers ours noirs à collerette de la région sont gardés et protégés. Le Tat Kuang Si Bear Rescue Center. Une initiative à promouvoir même si cela confirme une fois de plus que l’activité humaine empiète chaque jour un peu plus sur les territoires ancestraux des animaux, jusqu’à provoquer leur disparition.

A 25 km de Luang Prabang, niché dans le creux d’une falaise au bord du Mékong se trouve l’accès aux grottes sacrées Pak Ou. Uniquement accessibles par voie fluviale, les « Long Boat » vous y conduisent en 45min de croisière au ras de l’eau. Plongées dans le noir et éclairées à la seule lumière de quelques bougies, on s’y promène dans un silence religieux avec pour seuls repères les odeurs de bâtons d’encens qui brûlent aux pieds des centaines de Bouddhas éparpillés dans la cavité. Des lampes frontales sont proposées à l’entrée pour celles et ceux qui n’ont pas le matériel nécessaire.

Les soirées à Luang Prabang sont rythmées par le bruit des échoppes de street food : riz sautés, Pad Thaï, sandwichs, rotees… que l’on peut déguster un peu partout.
Le marché nocturne aux mille couleurs propose des produits artisanaux du pays, des alcools insolites et des décorations lumineuses, le tout dans une ambiance chaleureuse et détendue, comme à l’accoutumé au Laos.

C’est aussi ici que nous avons dégusté notre première soupe Pho du voyage (soupe tonkinoise devenue plat national du voisin vietnamien) mais attention à ne pas abuser de la sauce rouge pimentée… Grands amateurs de piment, notre surprise fut aussi intense que nos aigreurs d’estomacs! Cette sauce ne ressemble en rien à celle que l’on mange en France dans les restaurants vietnamiens… Avis aux amateurs, il s’agit de pâte de piment pur !

Durant ces quelques jours, nous avions séjourné dans la très agréable Vanvisa Guest House. Une maison familiale typique de Luang Prabang, où les gens rentrent et sortent à toutes heures et où les grands parents côtoient les arrières petits enfants. Passé la timidité et la pudeur, les laotiens se révèlent d’une sincère bienveillance et d’une profonde gentillesse.
Comme pour conclure notre séjour après plusieurs jours de mutisme, la doyenne de la maison nous a finalement parlé, et surprise, dans un français impeccable ! Aurions-nous vécu la même histoire si elle nous avait parlé dès le début? Sûrement pas….

C’est le cœur gros que nous avons quitté Luang Prabang en direction de Vientiane, la capitale du pays. De beaux souvenirs pleins la tête et avec un curieux sentiment d’inachevé. La ville et ses habitants s’accrochent à vous sans prévenir et on s’y verrait facilement vivre plusieurs semaines ou plusieurs mois, profitant de la région, de ses bienfaits et de sa plénitude naturelle.

Une photo vous a plu mais n’est pas disponible dans la boutique?

N’hésitez pas à nous demander un tirage spécial!

CONTACTEZ-NOUS!

Les aventures continuent vers

EP3. VIETNAM L’EFFERVESCENT

Social Network

Pour ne rien louper et suivre nos aventures au quotidien,
Abonnez-vous directement à nos pages sur les réseaux sociaux

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *